PAEM - Programme Pêche Côtière
 
Home Accueil

 


À propos du Programme Pêche côtière de la CPS

Le Programme Pêche côtière est l'un des deux programmes qui constituent la Division Pêche, aquaculture et écosystèmes marins de la CPS, l'autre étant le Programme Pêche hauturière. L'objectif du Programme Pêche côtière est : " pour une gestion et un développement durables des pêches côtières et de l'aquaculture dans les pays et territoires océaniens ". Le Programme pêche côtière est constitué de trois sections : Aquaculture, Développement (pêche côtière), et Science et gestion (pêche côtière).

Lire la suite...


11e Conférence des Directeurs des pêches de la CPS, 11–15 mars 2019

 

HOF 11

La Conférence des Directeurs des pêches de la CPS assure la supervision technique de l’ensemble des activités entreprises par la CPS dans le domaine de la pêche et de l’aquaculture, et offre également l’occasion d’examiner des sujets présentant un intérêt particulier. Elle porte sur les deux programmes, à savoir le Programme pêche côtière et le Programme pêche hauturière qui composent la Division pêche, aquaculture et écosystèmes marins de la CPS. La Conférence a pour objet de couvrir l’ensemble des sphères d’intervention des services des pêches des États et Territoires. Les participants peuvent se pencher sur des questions qui ne relèvent pas du programme de travail actuel de la CPS. Cette vision globale du secteur des pêches est cruciale pour une planification à long terme ; elle est, en outre, extrêmement utile aux autres institutions, aux Organisations non gouvernementales (ONG) régionales présentes dans la région, aux organisations de la société civile (OSC) et aux bailleurs de fonds qui s’intéressent aux problèmes des pays et à ceux de la région.

Lire la suite...



Lettre d'information sur les pêches n°156

Lettre d'info 156

Qui dit changement climatique, dit augmentation des températures et élévation du niveau de la mer. Mais ces deux phénomènes sont loin d’en être les seules conséquences, même si ce sont peut-être les plus spectaculaires. Johann Bell et Tarûb Bahri décrivent dans leur article les incidences que le changement climatique pourrait avoir en Océanie sur les pêcheries industrielles et côtières ainsi que sur l’aquaculture.

Pour la filière industrielle, les quatre principales espèces de thonidés (germon, thon obèse, bonite et thon jaune) devraient être "relativement" épargnées grâce à leur aptitude à migrer vers des zones offrant les conditions qu’elles privilégient. Or, le déplacement de l’activité de pêche thonière touchera tout particulièrement les petits États insulaires, qui sont fortement tributaires des droits de licence versés par les flottilles de pêche industrielle et où la population locale dépend en très large partie des ressources marines côtières pour assurer sa sécurité alimentaire.

Lire la suite...


Statut de la ressource en langoustes et cigales de mer à Futuna - Décembre 2017

fnl154

 

Les langoustes et les cigales de mer, ula et tapatapa en Futunien, présentes sur les îles de Futuna et d’Alofi, constituent l’une des rares ressources d’invertébrés marins exploité sur ces îles. La pêche de ces organismes est issue d’un héritage traditionnel/culturel même si la pratique de cette activité a évolué au fil du temps avec l’utilisation d’outils plus modernes. Son apprentissage se transmet généralement de père en fils ou entre hommes d’une même famille.

Télécharger le rapport (2,7 Mo)



Analyse de risques à l’importation des crustacés décapodes en Polynésie française

fnl154

 

Cette analyse de risques à l’importation des crustacés décapodes en Polynésie française a été conduite selon le chapitre 2.1 du Code Aquatique de l’OIE. Elle a tout d’abord identifié et retenu 9 dangers parmi toutes les maladies à caractère infectieux susceptibles de représenter un danger, listées ou non à l’OIE, soit 62 maladies envisagées initialement. Le comité technique de l’ARI a pris en considération 5 maladies de la liste de l’OIE des maladies des crustacés à déclaration obligatoire qui en comprend 9, excluant la peste de l’écrevisse, la myonécrose infectieuse, la maladie des queues blanches et la maladie de la nécrose hépatopancréatique aiguë pour lesquelles il n’y a aucune espèce sensible en Polynésie française....

Télécharger le rapport (8 Mo)



 


 

 
   Accueil CPS | Copyright © SPC 2019