PAEM - Programme Pêche Côtière
 
Home PUBLICATIONS Lettre d'info & Bulletins HINA, Les femmes et la pêche
HINA, les femmes et la pêche - Bulletin d'information n°11
WIF20
Numéro 11 - Mai 2003

Hina_cover

pdf
pdf:

Coordinatrice: Kim Des Rochers, Rédacteur-correcteur (langue anglaise), B.P. D5, 98848 Nouméa Cedex, (Nouvelle-Calédonie) Fax +687 263818

Production: Cellule information halieutique, CPS, BP D5, 98848 Nouméa Cedex, Nouvelle-Calédonie. Fax +687 263818.

Preparé avec le soutien financier de l'Australie, la France et la Nouvelle-Zélande.


Éditorial

Bienvenue aux lectrices et lecteurs de ce onzième numéro de HINA. À compter de ce numéro, une nouvelle démarche sera adoptée pour vous informer des questions touchant au rôle des femmes dans le secteur de la pêche communautaire. Les articles présentés ici ne sont pas fondés sur une approche géographique, mais plutôt sur trois thèmes essentiels qui sont toujours pertinents pour toutes les femmes et les communautés : la gestion et la conservation des ressources marines en milieu communautaire, le statut socioéconomique des femmes travaillant dans le secteur de la pêche, et le recueil d’informations sur les pratiques de pêche. Une gestion communautaire efficace tient compte d’une grande diversité de facteurs, dont certains sont élémentaires — savoir quels sont les organismes exploités et quels engins et techniques sont utilisés — tandis que d’autres exigent de cerner les effets de la mondialisation à la fois sur les communautés côtières et sur les ressources elles-mêmes. Bien qu’il n’y ait là rien de nouveau, ces thèmes sont constamment repris dans les travaux de terrain, les documents d’étude et les débats, ce qui atteste leur portée et leur pertinence persistantes. Des travaux importants et intéressants sont entrepris dans tous ces domaines, et les articles présentés ici illustrent divers exemples tirés du Pacifique et du reste du monde.

La demande de produits frais de la pêche demeure forte dans nombre de régions en dépit de la modernisation et du changement des modes de vie. Elle est généralement satisfaite — au moins en partie — par les organismes marins collectés par les femmes et les enfants à proximité des côtes; les femmes continuent en outre, en bien des endroits du Pacifique, à jouer un rôle décisif dans la pêche vivrière et la pêche artisanale. Selon Mecki Kronen, les enfants contribuent pour beaucoup aux prises de poissons que les femmes ramènent au foyer. Elle estime ainsi que les enfants d’un village des Tonga consacrent régulièrement deux jours par semaine à la pêche. La contribution des enfants aux captures de leur mère est rarement prise en considération par les chercheurs ou les agents des services des pêches, or les résultats obtenus par Mecki Kronen laissent à penser qu’il conviendrait d’y regarder de plus près. La modification des modes de vie, les préférences alimentaires et les schémas de consommation ont eux aussi une incidence sur les stocks halieutiques, mais dans quelle mesure ? Les travaux de Mme Kronen à Tonga et aux Îles Fidji sont justement axés sur ces questions, et elle compte ultérieurement examiner les schémas de consommation alimentaire dans d’autres pays.

Conscients de la contribution majeure des femmes à la satisfaction des besoins alimentaires du ménage, cela fait maintenant des années que les membres des communautés, les chercheurs, les biologistes-halieutes et les gestionnaires des ressources proposent que les femmes et les communautés prennent une part plus large et plus active à la gestion des ressources marines, et qu’ils ont recommandé de les associer aux consultations et aux décisions concernant les ressources côtières. Fort heureusement, c’est maintenant le cas dans bien des endroits, comme on le signale à la rubrique Nouvelles de la pêche en milieu communautaire. Toutefois, comme Liz Matthews le suggère dans son article, l’heure est peut-être venue d’aller plus loin et d’en faire davantage pour enseigner aux femmes et aux communautés les dangers liés à la surexploitation des ressources, la nécessité de mettre en place de saines mesures de conservation, et l’importance de toutes les espèces pour la santé de l’écosystème marin. La pêche de subsistance et la pêche artisanale sont trop souvent laissées à l’écart des mesures de suivi et de réglementation instaurées par les services des pêches locaux, et à moins qu’une espèce ait une valeur commerciale (comme le troca), il n’existe probablement que peu d’information à son sujet. Dans un autre article d’E. Matthews, le problème est fort bien illustré par la capture des crabes terrestres. Bien qu’ils soient souvent consommés et très prisés, l’état des stocks de crabes terrestres à Palau ne fait l'objet d'aucun suivi; il en va de même dans bien des pays insulaires océaniens, et sans doute ailleurs aussi. C’est également vrai pour d’autres organismes, notamment les invertébrés marins.

Outre le manque d’information caractérisant nombre d’espèces relevant de la pêche vivrière, on ne sait pas grand chose non plus de la manière dont ces espèces sont exploitées. Bien que cette pêche dure depuis des lustres, rien n’a été fait pour recueillir les connaissances traditionnelles sur la question. Comme Mark Merlin le signale dans son article, il existe dans la seule Micronésie une multitude de plantes utilisées pour la fabrication des pièges à poissons, des nasses, des filets, des sagaies et des poisons servant à la capture des poissons. Si nous voulons que la gestion communautaire des ressources marines soit efficace, il faut en savoir davantage sur ces méthodes traditionnelles.

L’article de Mohammad Ali Shah, à la rubrique socioéconomique, nous éclaire sur les problèmes auxquels sont confrontées les femmes des communautés de pêcheurs lorsque le recours à une main-d'œuvre bon marché et aux engins de pêche moderne les privent du rôle qui est traditionnellement le leur : tisser les filets et nettoyer le poisson. Sur une note plus positive, l’article de Denise Machado montre à quel point le statut socioéconomique des femmes de certaines régions du Brésil s’est amélioré dès lors qu’elles ont eu accès à des emplois rémunérés.

J’espère que vous serez intéressés par les articles de ce numéro de HINA. Je serais très heureuse de recevoir vos observations et vous encourage à nous faire parvenir des articles sur les femmes et la pêche en milieu communautaire dans votre pays.

Kim Des Rochers

 


Sommaire

Initiatives de gestion de la pêche en milieu communautaire
Vunisea A. (pdf: 26 KB)
Atelier de formation à la pêche aux Îles Fidji : le projet de gestion I Qoliqoli
Vunisea A. (pdf: 28 KB)
Les enjeux de la gestion communautaire des ressources marines aux Iles Fidji
Vunisea A. (pdf: 36 KB)
Intégration des activités de pêche vivrière des femmes dans les programmes de valorisation et de conservation des pêcheries du Pacifique
Matthews E. (pdf: 23 KB)
Les crabes terrestres de Palau
Matthews E. (pdf: 51 KB)
Les femmes et la pêche aux Tonga : études de cas réalisées dans les archipels des îles Ha'apai et Vava'u
Kronen M. (pdf: 65 KB)
Usages traditionnels des plantes pour la pêche en Micronésie
Merlin M. (pdf: 63 KB)
Maka feke - la pêche du poulpe à la tongane
Kronen M. (pdf: 45 KB)
Le tongkah... un engin unique pour la capture de pieuvres
Balan P. (pdf: 49 KB)
L'art du vono à Lakemba
Kronen M. (pdf: 49 KB)
La vie d'une femme pêcheur professionnel
Lambeth L. (pdf: 58 KB)

Publications complète:

HINA #11 pdf:


 

 
   Accueil CPS | Copyright © SPC 2019