PAEM - Programme Pêche Côtière
 
Home PUBLICATIONS Lettre d'info & Bulletins Ressources marines et commercialisation
LRF-logo
Numéro 18 - Février 2009
LRFVF_Title

Éditeur et coordonnateur du réseau: Tom Graham, PO Box 235, Honolulu, HI 96809 USA. Tél./fax: +1 (808) 625 8755

Production: Section information, Division Ressources marines, CPS, B.P. D5, 98848 Nouméa Cedex, Nouvelle-Calédonie Fax: (687) 263818.

Produit avec le concours financier de l'Australie, la France et la Nouvelle-Zélande.


Note de l'éditeur

Les trois premiers articles au sommaire de ce numéro du bulletin d’information Ressources marines et commercialisation traitent d’une seule espèce, le poisson cardinal de Banggai (Pterapogon kauderni), espèce dont l’aire géographique se limite à une très petite région d’Indonésie, mais dont le marché est d’envergure mondiale, car ce poisson est prisé des aquariophiles.

Le premier article, signé Ron Lilley, décrit l’environnement terrestre et marin de l’archipel de Banggai : l’espèce, la pêcherie et les communautés. Il souligne les efforts déployés pour améliorer la gestion locale des poissons cardinaux de Banggai et d’autres ressources marines de la région. Le deuxième article, de Mochamad Indrawan et Suseno, nous donne un aperçu des débats qui ont eu lieu en Indonésie en 2007, avant la décision prise par la communauté internationale, sur le point de savoir si l’espèce devait être protégée au titre de la Convention de Washington sur le commerce international des espèces de faune et de flore sauvages menacées d'extinction (CITES). Enfin, Alejandro Vagelli nous livre une description approfondie de l’état des stocks de poissons cardinaux de Banggai et un compte rendu révélateur des débats des Parties à la Convention et des facteurs qui ont pesé sur leur décision. (Désolé, mais je ne vais pas vous révéler ici l’issue de ces débats, vous devrez lire les articles).

Le poisson cardinal de Banggai est une espèce ornementale marine intéressante à étudier, ne serait-ce qu’à cause de ses caractéristiques biologiques originales. C’est aussi un exemple instructif des rapports existant entre la gestion locale et la gestion internationale d’une ressource naturelle. La Convention de Washington (CITES) peut être considérée comme un outil de gestion ultime, applicable une fois que la gestion locale a échoué. Elle peut aussi être considérée comme un outil de gestion des « espèces protégées », par opposition à un outil de gestion des « ressources marines » qui, elle aussi ne serait à appliquer que lorsque cette dernière a échoué. La tension entre ces approches – internationale et locale, protection et réglementation – est évidente à la lecture des trois articles du présent bulletin. C’est peut-être une saine tension. Ainsi, par exemple, « l’épée de Damoclès » que constitue la seule menace d’inscrire une espèce sur les listes de la CITES peut inciter les autorités locales à redoubler d’efforts pour gérer efficacement la ressource. De fait, le premier niveau de protection offert par la CITES, l’inscription sur les listes de son Annexe II, n’interdit pas le commerce de cette espèce, mais exige simplement qu’une nation, avant d’autoriser l’exportation d’une espèce inscrite, certifie que le poisson exporté a été capturé dans des conditions légales et que son exportation ne met pas en danger la survie de l’espèce. Autrement dit, le pays doit faire en sorte que le système de gestion locale remplisse sa mission dans des conditions satisfaisantes.

Le lecteur désireux d’en savoir plus sur l’application de la Convention de Washington aux espèces marines pourra se reporter au bulletin n° 13 (sur les hippocampes (Hippocampus spp.) et le napoléon (Cheilinus undulatus).

Le dernier article du présent bulletin, dû aux plumes d’Emmanuel Malpot, René Galzin et Georges Remoissenet, rend compte des efforts déployés en Polynésie française au cours des quinze dernières années pour étudier et mettre au point des techniques de capture et d’élevage de poissons de récif au stade post-larvaire. Les auteurs concluent leur article par des observations sur le potentiel de développement de « l’aquaculture récifale » en Océanie. On trouvera d’autres informations et points de vue sur ce sujet dans l’article de Gilles Lecaillon et Sven Michel Lourié publié dans le bulletin n° 17. Il faut aussi noter que le Centre australien pour la recherche agricole internationale (ACIAR) a publié un manuel pratique sur ces techniques, axé sur la production en vue du commerce d’aquariophilie (pour plus de précisions, voir la rubrique Publications choisies).

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.


Sommaire

Problèmes de protection du poisson cardinal de Banggai
Lilley R. (pdf: 386 KB)
Complexité de l'inscription d'espèces endémiques d'Indonésie sur la liste de la CITES : enseignements tirés d'un débat national sur la protection du poisson cardinal de Banggai, Pterapogon kauderni
Indrawan M., Suseno (pdf: 83 KB)
Les mésaventures de Pterapogon kauderni, un apogonidé remarquable menacé par le commerce international des poissons d'aquarium, et son inscription controversée sur les listes de la CITES
Vagelli A.A. (pdf: 618 KB)
Utilisation des larves de poissons de récifs coralliens : synthèse des travaux menés en Polynésie française
Malpot E., Galzin R., Remoissenet G. (pdf: 355 KB)
Nouvelles et événements
(pdf: 69 KB)
Nouvelles et évènements, et publications choisies ()

Download the complete publication:

Ressources marines et commercialisation n°18 (pdf: )


Les opinions exprimées dans ce bulletin appartiennent à leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement
celles du Secrétariat général de la Communauté du Pacifique
 
   Accueil CPS | Copyright © SPC 2019