PAEM - Programme Pêche Côtière
 
Home
wif25b
Numéro 25 - Mars 2015
WIF_Title

pdf
pdf:

Coordinatrice : Veikila Curu Vuki, Oceania Environment Consultants, UOG Station, PO Box 5214, Mangilao, Guam 96913.

Production : Section information halieutique, CPS, BP D5, 98848 Nouméa Cedex, Nouvelle-Calédonie. Fax +687 263818.

Preparé avec le soutien financier de l'Australie, la France et la Nouvelle-Zélande.


Éditorial

Toutes mes félicitations à la CPS pour la parution de ce 25e numéro du bulletin d’information Hina, les femmes et la pêche. Un long chemin a été parcouru depuis le lancement du bulletin, en 1989. Je remercie la CPS, les bailleurs de fonds, l’équipe de rédaction et la Section information halieutique de la CPS pour leur travail et leur dévouement. Je tiens tout spécialement à exprimer ma reconnaissance à Aymeric Desurmont pour son soutien sans faille et sa détermination à faire vivre ce bulletin. Je remercie également les contributeurs, en particulier Meryl Williams, Mecki Kronen et Aliti Vunisea.

Dans le premier article, Moses Amos – le nouveau Directeur de la Division pêche, aquaculture et écosystèmes marins de la CPS – expose sa vision du rôle joué par les femmes dans la pêche. Je me réjouis qu’il ait accepté de participer à ce 25e numéro et le remercie d’avoir pris le temps de réfléchir aux moyens envisageables pour donner un nouvel élan aux activités menées par la CPS sur le thème « les femmes et la pêche ». En tant que responsable de la Division, il est en effet en mesure, d’une part, de favoriser des échanges sur la problématique du genre dans la pêche et l’aquaculture et, d’autre part, de porter l’élaboration de nouveaux projets.

Il me semble également important de remercier Meryl Williams pour sa revue des travaux effectués par la CPS dans ce domaine au cours des 25 dernières années. Je salue en particulier son regard affûté et ses analyses sur ces travaux et les bulletins Hina, les femmes et la pêche. Dans son article intitulé « Le bulletin d’information Hina, les femmes et la pêche de la CPS fête ses vingt-cinq ans d’existence : la petite histoire derrière la grande », Meryl Williams décrit les origines et les évolutions du bulletin, ainsi que l’appui apporté par la CPS et les bailleurs. Meryl s’intéresse en outre brièvement à d’autres bulletins d’information de la CPS (La Bêche-de-mer et Ressources marines et traditions, par exemple) qui ont braqué les projecteurs sur le rôle des femmes dans le secteur de la pêche.

Après avoir examiné les travaux effectués depuis 25 ans, Meryl conclut que les programmes pêche de la CPS n’ont que sporadiquement abordé la pêche et l’aquaculture sous l’angle des enjeux intéressant les femmes. Elle émet la suggestion suivante : pour que la Division pêche, aquaculture et écosystèmes marins puisse défendre plus efficacement les intérêts des femmes dans le Pacifique, celle-ci doit relancer et appuyer la participation des femmes dans les activités halieutiques, en parallèle de la production du présent bulletin d’information. D’après l’auteure, la CPS doit en priorité revoir son plan stratégique et collaborer avec des spécialistes afin d’élaborer, pour ses programmes pêche et aquaculture, des objectifs et des cibles pertinents en matière de genre. Meryl indique en outre qu’il est impératif de définir des objectifs en faveur de l’égalité hommes-femmes si l’on veut rendre la situation des femmes océaniennes plus juste sur le plan économique et social.

Quant au troisième et au quatrième articles, ils ont été présentés pour la première fois lors de réunions organisées par la CPS dans les années 90. Ils sont reproduits ici afin de donner un aperçu des actions menées par la CPS au lancement de son projet de promotion du rôle des femmes dans le secteur des pêches. Ces deux articles exposent quelques-uns des grands enjeux de genre de l’époque, enjeux qui gardent aujourd’hui encore toute leur pertinence, ainsi que les activités balbutiantes menées alors dans le cadre du projet.

Rédigé par Lambeth et ses co-auteurs, l’article « Vue générale de la participation des femmes dans la pêche en Océanie » a été publié pour la première fois en 2002. Il y est précisé que 70 à 80 % des prises provenant de zones côtières avaient une finalité vivrière et qu’elles étaient majoritairement imputables aux femmes. Depuis quelques années, les femmes occupent une place de plus en plus importante dans les petites entreprises exploitant les ressources marines, un rôle qui vient s’ajouter à leur participation à des activités traditionnelles telles que la récolte et la transformation de produits issus de la pêche côtière. Il est suggéré dans l’article que, outre les femmes, ce sont toutes les composantes de la communauté qui devraient être prises en compte dans les activités de développement de la pêche. C’est en suivant ce même raisonnement que, en 1998, la CPS a décidé de rebaptiser sa Section promotion du rôle des femmes dans le secteur des pêches, afin de l’appeler Section pêche en milieu communautaire. Comme l’explique Meryl Williams, il est possible que ce changement ait limité l’attention portée par les programmes de la CPS à la participation des femmes dans le secteur de la pêche.

Dans l’article suivant, « Égalité hommes-femmes, pêche et aquaculture : de la stratégie à l’action. Les enseignements de la politique allemande de développement durable », Mechthild Kronen indique qu’il est important de réaliser des analyses sexospécifiques afin d’obtenir des données ventilées par sexe et de faire en sorte que le genre soit pris en compte à toutes les étapes d’un projet. Les autres grands enseignements tirés ont trait aux problématiques de l’équité et de l’égalité entre les hommes et les femmes dans la prise de décision au sein des secteurs de la pêche et de l’aquaculture, ainsi qu’à la nécessité de lutter contre les discriminations sexistes dans les pratiques professionnelles de ces deux filières.

Dans son article intitulé « Les organisations non gouvernementales, la société civile, le bien-être des femmes et le développement en Océanie », Ruci Yauvoli décrit les relations qu’entretiennent les organisations non gouvernementales (ONG) de femmes, ainsi que leurs contributions à l’autonomisation économique des femmes en Océanie, en particulier aux Fidji. Elle indique que les ONG océaniennes se sont employées à défendre avec vigueur les droits des femmes, la démocratie, les droits de la personne, la paix et le développement, la liberté des médias, la bonne gouvernance et l’état de droit.
Dans le dernier article du bulletin, Veikila Vuki et Maria Elder abordent la question de l’intégration systématique du genre dans la politique forestière aux Fidji. Bien que cette filière semble bien éloignée de la pêche, l’article a été retenu car il présente un exemple d’intégration des femmes dans un secteur de gestion de ressources naturelles typiquement masculin, exemple qui peut donc naturellement s’appliquer à la pêche.

Les auteures expliquent notamment en quoi les Fidji ont tout à gagner à tenir compte des problématiques de genre dans leur politique forestière. Elles présentent des situations analogues dans d’autres secteurs, situations dont les acteurs de la foresterie pourraient s’inspirer pour inclure les questions sexospécifiques dans des stratégies visant à assurer une gestion et un développement durables des forêts. Elles précisent également qu’il est essentiel que la dimension de genre soit prise en considération dans le secteur privé, dans le cadre des initiatives de promotion de l’artisanat, de l’éco-tourisme et de la conservation des forêts.

N’hésitez pas à nous envoyer vos commentaires sur les articles publiés dans ces pages et à nous soumettre des articles sur les femmes et la pêche dans votre pays ou votre région en vue de leur inclusion dans notre prochain numéro. Je tiens, une fois encore, à féliciter la CPS pour ce 25e numéro. Je souhaite un avenir beaucoup plus radieux aux femmes océaniennes dans le secteur de la pêche, et espère que les nouveaux projets lancés dans ce domaine bénéficieront d’un accompagnement plus soutenu, au lieu d’être relégués au rang de question « transversale » dans les programmes halieutiques.

Veikila Curu Vuki

 


Sommaire

Développer et promouvoir la participation des femmes dans le secteur de la pêche en Océanie
Amos M. (pdf: 136 KB)
Le 25e numéro du bulletin lève le voile sur 25 années d’activité autour des femmes et de la pêche à la CPS : la petite histoire derrière la grande
Williams M.J. (pdf: 137 KB)
Rôle des femmes dans le développement de la pêche
Steele S. (pdf: 131 KB)
Soutien aux femmes dans le secteur de la pêche
Anon. (pdf: 110 KB)
Vue générale de la participation des femmes dans la pêche en Océanie
Lambeth L., Hanchard B., Aslin H., Fay-Sauni L., Tuara P., Des Rochers K., Vunisea A. (pdf: 172 KB)
Égalité hommes-femmes, pêche et aquaculture : de la stratégie à l’action. Les enseignements de la politique allemande de développement durable
Kronen M. (pdf: 362 KB)
Les organisations non gouvernementales, la société civile, le bien-être des femmes et le développement en Océanie
Yauvoli R. (pdf: 119 KB)
Parité et politique forestière aux Fidji : problématiques, défis et avenir des femmes dans le développement du secteur forestier
Vuki V.C., Elder M. (pdf: 105 KB)

Publications complète:

HINA #25 (pdf: )


 

 
   Accueil CPS | Copyright © SPC 2019