PAEM - Programme Pêche Côtière
 
BdMLogo

Numéro 28 - Janvier 2009

BDMVF_Title

pdf
pdf:


Rédacteur en chef:
Igor Eeckhaut, Marine Biology, 6 Av. Champ de Mars, University of Mons-Hainaut, 7000 Mons Belgium.

Production:
Section information, Division Ressources marines, CPS, B.P. D5, 98848 Nouméa Cedex, Nouvelle-Calédonie Fax: (687) 263818.

Produit avec le concours financier de l'Australie, la France et la Nouvelle-Zélande.


Chantal Conand : Au revoir !

Il y a vingt ans, lorsque j’ai accepté de lancer le bulletin d’information La bêchede-mer, publié par la CPS, j’étais loin de penser que les pêcheries d’holothuries, malgré leur importance pour certains pays, intéresseraient un jour le monde entier. Dans la plupart des pays où l’on a trouvé cette ressource, les activités traditionnelles, jusqu’alors cantonnées à l’Indo-Pacifique tropical, ont progressivement évolué vers des pêcheries plus industrielles. Durant toutes ces années, les besoins et les possibilités offertes par l’Internet de diffuser des informations, rares à l’origine, ont explosé. Le bulletin s’est développé ; il est aujourd’hui très bien connu, ses lecteurs l’utilisent à des fins de référence.

Je suis très reconnaissante au Directeur et à tout le personnel de la Division ressources marines de la CPS — et tout particulièrement à Aymeric Desurmont — pour les efforts qu’ils ont déployés sans relâche pour corriger, traduire et diffuser les numéros de ce bulletin avec enthousiasme et ponctualité. J’ai été très heureuse de collaborer à cette longue aventure.

Un grand merci aussi à tous les auteurs d’articles : ce bulletin est le vôtre ! Au début, vous étiez surtout des collaborateurs des secteurs halieutique ou biologique, mais aujourd’hui, les disciplines concernées sont très différentes et spécialisées : taxonomie, génétique, biologie cellulaire, applications pharmaceutiques, etc. Au fil de ces années, j’ai essayé d’encourager de jeunes scientifiques à publier leurs observations. Je les ai aidés du mieux que je pouvais lorsqu’ils rédigeaient leur premier article sur une pêcherie ou un pays. Bien que le bulletin ne soit pas une revue à comité de lecture (ce qui dissuade de nombreux auteurs, vu la course actuelle aux publications indexées), les articles sont toujours cités, et, de l’avis général, le bulletin est très utile.

Je remercie enfin Igor Eeckhaut qui, malgré ses nombreuses responsabilités, a accepté de jouer le rôle de co-rédacteur en chef et de me succéder. Je suis certaine qu’il contribuera à développer ce bulletin selon les souhaits des différents auteurs et lecteurs intéressés par cette ressource particulière qui mérite une plus grande attention de la part de la communauté internationale, mais dont la gestion rationnelle s’impose d’urgence.

Chantal Conand


Bref hommage à Chantal Conand, rédactrice en chef sortante

Alors que j’étais un jeune agent de la Division des pêches des Îles Fidji, dans les années 80, mon chef me demanda de constituer un dossier sur l’état de la filière de la bêche-de-mer à l’intention du Conseil des ministres. Le gouvernement s’inquiétait en effet devant la multiplication des entreprises sollicitant des licences d’exportation. Il avait besoin d’évaluer l’ampleur réelle de la pêche et le niveau des exportations qui pourrait être maintenu à long terme pour cette pêche, pratiquée jusqu’alors à petite échelle.

J’en parlai à de vieilles connaissances au sein de la Division des pêches, à des pêcheurs, à des exportateurs et au service des douanes. J’allai même à la bibliothèque consulter des documents datant du siècle précédent, et pus ainsi me faire une idée de l’histoire de la pêche de bêches-de-mer à Fidji et replacer la récente montée en flèche de l’exploitation de cette espèce dans son contexte. Mais je ne pouvais pas donner beaucoup de détails scientifiques. Les holothuries tropicales ne semblaient pas avoir fait l’objet de nombreuses publications, surtout du point de vue de la gestion de la ressource. Mon article contenait beaucoup d’informations locales, mais ne donnait guère d’orientations quant à son exploitation durable, ses taux de croissance, les saisons de reproduction, les habitats de prédilection, ni sur la densité idéale pour avoir un stock naturel en bonne santé.

Les travaux de Chantal Conand sont arrivés à point nommé. Grâce à son Document technique, publié par la FAO, et au séminaire de 1988 sur les ressources côtières organisé par la CPS, elle a partagé ses propres savoirs féconds sur les holothuries et présenté une synthèse, qui fait autorité, de toutes les connaissances que l’on avait à l’époque et qui seraient probablement utiles pour gérer l’exploitation de ces espèces. En conséquence, le dossier suivant que j’établis fut considérablement plus étoffé.

Ce séminaire de 1988 déboucha aussi sur la formation de plusieurs groupes de spécialistes – réseaux d’experts spécialisés dans des ressources halieutiques données, intéressant particulièrement les agents des services des pêches océaniens – qui manquaient toutefois d’informations. Ces réseaux furent renforcés par la publication d’un bulletin semestriel qui donnait aux halieutes océaniens l’occasion de diffuser leurs propres savoirs pratiques tout en permettant aux scientifiques du reste du monde de communiquer les fruits de leurs recherches aux gestionnaires des pêches océaniens.

Le bulletin d’information La bêche-de-mer s’adresse à ce genre de groupe de spécialistes, et Chantal, coordonnatrice du groupe et rédactrice en chef bénévole, a dirigé sa publication depuis 1990, avec dynamisme et compétence. La CPS, la communauté des pêcheurs océaniens et la recherche sur les holothuries en général, se doivent de lui rendre un vibrant hommage.

Le présent numéro sera le vingt-huitième de ce bulletin. On peut mesurer sa pertinence au fait qu’il est passé, depuis la première livraison, de 12 à plus de 50 pages et qu’il a élargi son lectorat grâce à l’Internet. Ce n’est plus une publication limitée à l’Océanie, mais une revue d’audience mondiale.

Nous formulons nos meilleurs voeux pour Chantal, et nous sommes très heureux de pouvoir compter sur sa sagesse pendant la période de transition, durant laquelle elle jouera le rôle de co-rédactrice en chef avec son successeur, Igor Eeckhaut.

Tim Adams
Directeur de la Division ressources marines
Secrétariat général de la Communauté du Pacifique (CPS)

 

Éditorial

Lorsque Chantal me demanda de lui succéder en tant que rédacteur scientifique du bulletin d’information La bêche-de-mer, publié par la CPS, je fus tout d’abord surpris, parce que de nombreux auteurs qui alimentent ce bulletin étaient beaucoup plus compétents que moi en matière de biologie des holothuries. J’avais commencé par m’intéresser à la biologie des échinodermes et à l’écologie des organismes vivant en association avec eux. Depuis dix ans, je participe à des projets d’aquaculture des holothuries, ce qui m’a permis de découvrir un autre univers, différent mais très passionnant lui aussi, posant des questions tant scientifiques que socioéconomiques. À la réflexion, je suis vraiment fier de relever ce défi et j’espère maintenir la qualité et la diversité des articles, avec l’aide des auteurs.

Le présent numéro commence par un résumé du Document technique de la FAO, « Sea cucumbers. A global review on fishery and trade », récemment publié, rédigé dans la foulée du séminaire international de la FAO sur l’exploitation durable et la gestion des pêcheries d’holothuries (Toral-Granda et al.).

Friedman et al. rendent compte de l’élaboration d’un plan de gestion pour la pêcherie d’holothuries de Yap. L’État de Yap est l’un des quatre qui composent les États fédérés de Micronésie. L’état de la pêcherie d’holothuries et un plan de gestion des holothuries d’Arabie saoudite sont évoqués par Hasan.

Eeckhaut et al. décrivent le lancement récent de la première entreprise commerciale d’holothuries à Madagascar. Lavitra et al. parlent aussi de nouvelles méthodes de transformation employées dans la région de Toliara à Madagascar.

Mulochau et Conand ont dressé l’inventaire des holothuries dans l’archipel des Glorieuses. Aujourd’hui, ces îles sont des réserves naturelles où l’on peut comparer les effets anthropogéniques sur les stocks d’holothuries.

Aydin donne des informations sur les pêcheries d’holothuries de Turquie, en rapide expansion. Le pays en exporte déjà plus de 70 tonnes par an. Ruffez explique la situation dramatique des plongeurs du Vietnam qui capturent des holothuries. Certains plongent jusqu’à cinq fois par jour pendant plus de 30 minutes à chaque fois, ce qui entraîne de graves maladies.

Giraspy et al. rendent compte des résultats d’expériences visant à tester l’influence de produits alimentaires que l’on trouve dans le commerce sur Holothuria scabra var. versicolor. Purcell et al. observent qu’il n’existe pas de marques satisfaisantes pour étudier les holothuries tropicales marquées et retrouvées. Les auteurs examinent l’efficacité de marques à émetteur-récepteur passif à induction (marques à micropuce) apposées sur deux espèces d’holothuries.

De nombreux résumés sur les holothuries ont été publiés récemment. Deux thèses de doctorat es sciences concernant les holothuries ont été soutenues en 2008 : celle de Svea Mara Wolkenhauer (CSIRO - Australie) sur «L’impact du prélèvement - étude de cas du rôle écologique de l’holothurie d’intérêt commercial Holothuria scabra (Echinodermata:Holothuroidea) dans la baie de Moreton, Australie», et celle de Thierry Lavitra (Université de Mons-Hainaut, Belgique) sur la «Caractérisation, le contrôle et l’optimisation des processus qui sous-tendent le développement postmétamorphique de l’holothurie comestible Holothuria scabra (Jaeger, 1833)».

Comme à l’accoutumée, le présent numéro et tous les numéros précédents de ce bulletin peuvent être consultés en format pdf sur le site Web de la CPS à l’adresse http://coastfish.spc.int. La base de données contenant l’ensemble des articles et résumés publiés jusqu’à ce jour dans ce bulletin est actualisée par la Section information halieutique de la CPS et peut être interrogée sur le site http://coastfish.spc.int/fr/publications/bibliotheque-numerique.html. Chaque résultat s’accompagne d’un hyperlien qui permet de télécharger le document en format pdf.


Igor Eeckhaut

 

Sommaire

État des stocks et commerce mondial des holothuries
Toral-Granda V., Lovatelli A., Vasconcellos M. (pdf: 69 KB)
Élaboration d'un plan de gestion de la pêche d'holothuries à Yap
Friedman K., Ropeti E., Tafileichig A. (pdf: 258 KB)
Plan de gestion et situation de la pêche d'holothuries en Arabie saoudite
Hasan M.H. (pdf: 182 KB)
Madagascar Holothurie SA : la première entreprise commerciale axée sur l'aquaculture des holothuries à Madagascar
Eeckhaut I., Lavitra T., Rasolofonirina R., Rabenevanana M.W., Gildas P., Jangoux M. (pdf: 137 KB)
Traitement et commercialisation des holothuries dans la région de Toliara, au sud-ouest de Madagascar
Lavitra T., Rachelle D., Rasolofonirina R., Jangoux M., Eeckhaut I. (pdf: 398 KB)
Les holothuries et autres échinodermes des îles Glorieuses (îles éparses - Océan Indien)
Mulochau T., Conand C. (pdf: 352 KB)
La pêcherie commerciale d'holothuries en Turquie
Ayidin M. (pdf: 152 KB)
La pêche des holothuries en plongée au Vietnam : une catastrophe humaine et écologique
Ruffez J. (pdf: 120 KB)
L'influence des régimes à base d'aliments disponibles dans le commerce sur la croissance et la survie de Holothuria scabra var. versicolor (Conand, 1986), une espèce très prisée sur les marchés
Giraspy D.A.B, Ivy G. (pdf: 188 KB)
Mauvais pourcentage de rétention des marques à micropuce apposées sur des holothuries tropicales
Purcell S.W., Agudo N.S., Gossuin H. (pdf: 105 KB)

 


Publication complète:

 

La Bêche de mer n°28 (pdf: )


 
   Accueil CPS | Copyright © SPC 2019