PAEM - Programme Pêche Côtière
 
Home PUBLICATIONS Lettre d'info & Bulletins Ressources marines et commercialisation
LRF-logo
Numéro 11 - Septembre 2003
LRFVF_Title

Éditeur et coordonnateur du réseau: Tom Graham, PO Box 235, Honolulu, HI 96809 USA. Tél./fax: +1 (808) 625 8755

Production: Section information, Division Ressources marines, CPS, B.P. D5, 98848 Nouméa Cedex, Nouvelle-Calédonie Fax: (687) 263818.

Produit avec le concours financier de l'Australie, la France et la Nouvelle-Zélande.


Note de l'éditeur

Note de la Division Ressources marines de la CPS

Ceux d’entre vous qui sont de fidèles lecteurs de ce bulletin ou participent au réseau de spécialistes des ressources marines et de la commercialisation seront déjà au courant du décès de Bob Johannes survenu en septembre 2002. Nous sommes affligés que Bob nous ait quittés, et l’hommage que nous-mêmes et d’autres lui ont rendu a déjà été publié dans le numéro spécial du bulletin Ressources marines et Traditions.

Bob a compilé, édité et inspiré notre bulletin depuis le tout premier numéro, paru en mars 1996, et il a joué un rôle capital dans la mise en œuvre de la recommandation adoptée en 1995, lors du séminaire CPS sur la gestion des ressources halieutiques côtières : "qu’un réseau de spécialistes et un bulletin d’information sur les pêcheries de poissons vivants axées sur l’exportation (portant sur les poissons destinés à l’aquariophilie et à la restauration) soient constitués dans le cadre du projet d’information halieutique de la CPS" (http://coastfish.spc.int/Reports/ICFMAP/IFMW2.pdf). Nous lui devons beaucoup de nous avoir montré la voie pendant si longtemps.

Toutefois, Bob ne voulait pas voir la cadence ralentir et nous avait déjà parlé de passer le flambeau à un autre éditeur, bien qu’à l’époque, nous pensions que c’était seulement pour se consacrer pleinement à un autre numéro qui exigeait son élan et sa motivation. Tom Graham s’est courageusement chargé d’éditer ce numéro, et nous espérons que vous lui apporterez votre plein soutien pendant cette difficile période de transition, notamment en lui envoyant vos articles en prévision du prochain numéro.

Dans la mesure du possible, la CPS a pour politique de confier l’édition des bulletins de ses réseaux de spécialistes à des personnes extérieures, ce qui nous préserve du nombrilisme. C’est toutefois une tâche ingrate qui exige beaucoup de persévérance et de motivation, sans même parler de temps. Nous sommes donc très reconnaissants à Tom d’avoir pris le train en marche. Il prolonge ainsi les liens que nous entretenons avec Palau, tant depuis la création de ce bulletin que depuis le démarrage du commerce des poissons de récif vivants destinés à la restauration. Palau a été le premier membre insulaire de la Communauté du Pacifique à ressentir les effets de ce commerce, et c’est bien sûr à Palau que Bob Johannes avait trouvé la matière de Words of the Lagoon, son livre précurseur. C’est, en outre, Noah Idechong, de Palau, qui présidait le séminaire CPS de 1995 lors duquel le bulletin a vu le jour, et c’est maintenant Tom Graham qui va se charger de son édition, après avoir travaillé à Palau avec Noah pendant de nombreuses années.

Nous publions après l’éditorial de transition de Tom "l’éditorâle" que Bob nous avait fait parvenir pour le prochain numéro du bulletin où s’exprime son habituelle capacité à provoquer et à inspirer.

 

Éditorial

Quels que soient les disciplines ou les sujets auxquels il s’attelait, Bob Johannes parvenait toujours à mettre à nu des matériaux bruts et enthousiasmants – des théories originales, des connaissances nouvelles ou de nouveaux éléments de preuve à l’appui d’idées qui n’étaient pas parvenu à s’imposer, avec toujours des démarches d’investigation novatrices et des solutions pratiques. Il avait aussi le talent de la synthèse, cette qualité rare qui permet de rassembler des éléments disparates en un tout cohérent et d’en donner une perspective constructive.

S’agissant du commerce des poissons de récif vivants, Bob n’a peut-être pas été le premier à prendre conscience de l’ampleur du phénomène et de ses conséquences environnementales, mais c’est bien lui qui a réussi à attirer l’attention de tous sur ce problème. En peu de temps, il en avait recensé les aspects essentiels sur lesquels les chercheurs, enseignants et gestionnaires des ressources que nous sommes continuons à axer nos efforts, entre autres le fait que l’engouement pour les poissons de récif vivants et la taille du marché constituaient à la fois une grave menace et une source potentielle de revenus pour les pays producteurs, que l’utilisation du cyanure pour la capture des poissons de récif vivants représentait un péril à grande échelle pour les récifs coralliens, et que les stocks de poissons ciblés à des fins commerciales – notamment ceux qui se rassemblent régulièrement en larges concentrations – risquent d’être surexploités, même lorsque la pression due à la pêche reste faible.

Chercheurs et spécialistes de la conservation, tous s’inquiètent d’avoir à relever sans Bob les défis liés au commerce des poissons de récif vivants. Beaucoup d’attention et de ressources sont désormais consacrées à ces travaux, et nombre de personnes capables et déterminées travaillent sur les aspects importants de la question. Il demeure que Bob avait des qualités qu’il sera difficile de trouver ailleurs.

Lequel d’entre nous a lancé les filets de sa recherche sur des disciplines aussi nombreuses, pour nous donner une vision aussi globale du problème ? Et qui, de surcroît, est à même d’envisager des solutions à partir de perspectives si différentes ? Qui peut aussi aisément gagner le respect et l’attention d’intervenants multiples, notamment des États, des bailleurs de fonds, d’organisations non gouvernementales, de communautés de pêcheurs et du grand public tout entier ? Et qui a cette capacité qu’avait Bob de nous faire réfléchir à des problèmes et de nous y atteler, alors qu’avant lui, on ne s’était même pas rendu compte de leur existence ?

Alors que je prends sa suite en tant qu’éditeur de ce bulletin, je me rends compte avec grande humilité que je me borne à suivre la voie qu’il a tracée, comme d’habitude. Je me console en me disant que je ne suis pas le seul dans cette situation et qu’en fait, la plupart des personnes qui contribuent à ce bulletin ont, d’une manière ou d’une autre, été encouragées, inspirées, provoquées ou éclairées par Bob.

Il y a dix ans que m’a été donnée la première occasion de suivre son exemple. À l’époque, j’étudiais les régimes de propriété coutumière des aires marines. Non seulement Bob avait effectué des recherches novatrices dans ce domaine, mais il avait aussi favorisé une avalanche de changements dans les régimes juridiques et les pratiques de gestion des ressources qui perdurent aujourd’hui dans une bonne partie du Pacifique et de l’Asie. Il avait très généreusement appuyé et encouragé mes travaux universitaires. Plus tard, j’ai eu plusieurs fois l’occasion de travailler avec lui, notamment en l’assistant dans les recherches qu’il menait à Palau, où il tirait profit de la propension des loches à se concentrer pour étudier l’état des populations. Tous mes contacts avec Bob m’ont laissé enrichi des connaissances, des idées et des encouragements qu’il prodiguait avec générosité.

Bob nous a laissé un dernier de ses "éditorâles", reproduit ci-dessous, dans lequel il présente un article de Craig Thorburn sur la pêche au cyanure aux Îles Kei, dans l’archipel des Moluques (Indonésie orientale). Il nous encourage par ailleurs à examiner le rôle des chefs religieux à l’égard du commerce des poissons de récif vivants et des questions écologiques en général.

Dans ce numéro, nous présentons deux articles sur la culture d’alevins prélevés sur les stocks naturels. Le premier, rédigé par Patrick Durville et al., décrit les résultats d’expériences visant à évaluer différentes espèces de récifs coralliens en vue de leur élevage à partir du stade post-larvaire. L’autre article, par Cathy Hair et Peter Doherty, fait le point des travaux menés aux Îles Salomon sur le développement potentiel d’une pêche artisanale reposant sur la capture de poissons au stade précédant la fixation et leur élevage.

Dans ce numéro également, Jill St-John présente un examen détaillé des effets nocifs de la pression sur les poissons capturés en profondeur. Frazer McGilvray et Thierry Chan présentent la situation du commerce des poissons de récif vivants destinés à la restauration, vue sous l’angle des marchés. Sur un autre thème, dont on devrait beaucoup entendre parler à l’avenir, divers articles traitent de l’initiative qui vise à instaurer un système de certification du commerce des poissons marins d’aquariophilie, ainsi que d’une nouvelle initiative tendant à formuler des normes relatives aux pratiques exemplaires dans le commerce des poissons de récif vivants destinés à la restauration.

Si vous avez reçu ce bulletin par la poste, vous avez aussi certainement reçu divers matériels de sensibilisation sur le commerce des poissons de récif vivants destinés à la restauration. Vous trouverez, dans l’article d’Andrew Smith, des informations sur le projet auquel nous les devons ainsi que sur les autres matériels disponibles.

J’attends de recevoir vos articles pour ce numéro. Pour communiquer plus rapidement, n’oubliez pas notre forum sur les poissons de récif vivants. Vous pouvez y participer en envoyant un courriel à : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir. ou en consultant le site www.spc.int/cgi-bin/lyris.pl?enter=live-reef-fish.

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.

 

Éditorâle

Religion et dégradation environnementale

Dans bien des cas, la légitimité des chefs religieux est au moins aussi importante pour la santé de nos sociétés que celle des dirigeants d’entreprises, des chefs politiques ou militaires, ce qui suscite une question que j’adresse à nos lecteurs : Quel rôle les institutions et les chefs religieux jouent-ils dans la protection de l’environnement contre les effets néfastes du commerce des poissons de récif vivants ? L’article de Craig Thorburn, publié dans ce numéro, relate l’histoire d’une communauté des Îles Kei (Indonésie orientale), où les villageois ont eu recours au cyanure pour capturer des poissons de récif vivants, et financer ainsi la construction d’une nouvelle mosquée. D’ailleurs, plusieurs habitants du village parlent péjorativement de ce projet, qu’ils qualifient de "mosquée des stupéfiants". Soit, ce n’est pas l’uléma du village qui a incité les gens à empoisonner les récifs, ce sont les chefs du village et le négociant en poissons qui en ont eu l’idée. Cependant, l’uléma ne s’est apparemment pas insurgé contre cette pratique, et il paraît peu probable qu’il n’ait pas été conscient de ses conséquences néfastes pour l’environnement.

Dans nombre de pays du Pacifique occidental et du Sud-Est asiatique, les chefs spirituels citent la Bible, le Coran ou les enseignements de Bouddha pour inciter les communautés à prendre bon soin des créatures de Dieu. Mais il est rare que l’on entende ces mêmes voix s’élever lors des débats que suscitent les cas avérés de pratiques néfastes ou destructrices. L’église catholique joue par exemple un rôle extrêmement important dans la vie de la plupart des Philippins. On se demande dès lors pourquoi l’Église ne s’efforce pas davantage de décourager les pratiques de pêche destructives qui sont monnaie courante dans le pays.

Dans certaines communautés du Pacifique occidental, les chefs religieux invitent leurs fidèles avec bienveillance à respecter l’environnement, notamment dans les sermons qu’ils prononcent. Dans certaines régions, l’expérience a également montré que lorsque les chefs imposent sans autre cérémonie de nouvelles réglementations environnementales, celles-ci sont bien moins susceptibles d’être respectées que quand elles sont annoncées selon les rites traditionnels et avec la bénédiction des chefs religieux (voir par exemple Johannes, l998).

La gestion de la pêche en milieu littoral (comme d’autres formes de gestion environnementale) aurait beaucoup à gagner si les chefs religieux engagés en faveur de la protection de l’environnement étaient identifiés et encouragés, et si l’on rapportait et analysait les cas où d’autres chefs religieux locaux ont directement soutenu des pratiques nocives ou se sont contentés de "regarder de l’autre côté". Il ne fait aucun doute que, dans certains cas, ils n’ont pas d’autres choix que de détourner le regard étant donné les redoutables pressions auxquelles les soumettent certains individus engagés dans ce commerce, notamment au sein des forces de police ou de l’armée (comme c’est le cas en Indonésie).

Dans nombre d’autres cas toutefois, les chefs religieux passent peut-être à côté d’une bonne occasion d’intervenir en faveur de la santé des ressources marines de leurs communautés. Ceux d’entre nous qui œuvrent pour la conservation de ces ressources pourraient sans doute en profiter pour leur venir en aide en leur fournissant des informations utiles.

Nous serions très heureux de publier dans ce bulletin des articles, voire des notes, traitant du rôle des chefs religieux à l’égard du commerce des poissons de récif vivants.

Bob Johannes

Bibliographie

Johannes, R. E. 1998. Government-supported, village-based management of marine resources in Vanuatu. Ocean and Coastal Management 40(2—3): 165—186.

Erratum

Dans l’éditorâle du numéro précédent, j’ai écrit : "Je n’ai jamais lu d’article sur l’ethnoaquaculture", ce qui donne une bien piètre idée de mes lectures. Ce que je voulais dire en fait est ceci : "Je n’ai jamais lu d’article sur l’ethnoaquaculture vétérinaire".


Sommaire

Adaptation fatale : la pêche au cyanure dans les Îles Kei, sud-est des Moluques
Thorburn C.C. (pdf: 61 KB)
Rapport d'activités sur la capture et la culture de poissons des Îles Salomon au stade de la préfixation
Hair C., Doherty P. (pdf: 54 KB)
Aptitude à l'élevage des post-larves de poissons coralliens
Durville P., Bosc P., Galzin R., Conand C. (pdf: 99 KB)
Votre poisson a-t-il été victime de la "maladie des caissons", et survivra-t-il ?
St John J. (pdf: 65 KB)
Le commerce des poissons de récif vivants destinés à la restauration : marché et demande du secteur
McGilvray F., Chan T. (pdf: 52 KB)
Atelier régional sur la gestion du commerce de poissons de récif vivants dans le Pacifique
Yeeting B. (pdf: 40 KB)
Commerce des poissons de récif vivants destinés à la restauration... projet de production de matériels de sensibilisation pour le Pacifique
Smith A. (pdf: 27 KB)
Atelier sur l'aquaculture durable des poissons marins dans la région Asie-Pacifique
Rimmer M., Phillips M., Sim S.-Y. (pdf: 25 KB)
Élaboration de normes sectorielles pour le commerce des poissons de récif vivants destinés à la restauration
Kusumaatmadja R., Barber C.V., Holthus P., Salm R. (pdf: 41 KB)
Atelier visant l'élaboration de normes d'évaluation, de suivi et de gestion du poissons de récif vivants destinés à la restauration
Muldoon G. (pdf: 37 KB)
Conférence de la CITES à Santiago et conservation des poissons de récif vivants
Sadovy Y. (pdf: 27 KB)
Protection et gestion des concentrations de poissons de récif en période de frai dans le Pacifique
Smith A. (pdf: 26 KB)
Nouvelles et évènements, et publications choisies ()

Download the complete publication:

Ressources marines et commercialisation n°11 (pdf: )


Les opinions exprimées dans ce bulletin appartiennent à leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement
celles du Secrétariat général de la Communauté du Pacifique
 
   Accueil CPS | Copyright © SPC 2019