PAEM - Programme Pêche Côtière
 
Home PUBLICATIONS Lettre d'info & Bulletins Ressources marines et commercialisation
LRF-logo
Numéro 10 - Février 2003
LRFVF_Title

Éditeur et coordonnateur du réseau: Bob (R.E.) Johannes, 8 Tyndall Court, Bonnet Hill, Tasmania 7053, Australia.

Production: Section information, Division Ressources marines, CPS, B.P. D5, 98848 Nouméa Cedex, Nouvelle-Calédonie Fax: (687) 263818.

Produit avec le concours financier de l'Australie, la France et la Nouvelle-Zélande.


Note de l'éditeur

Lorsque les victimes passent pour les coupables

Comme nous l'avons déjà signalé à plusieurs reprises dans cet éditorâle, la corruption constitue parfois une réelle entrave à l'assainissement du commerce des poissons de récif vivants destinés à la consommation. L'Indonésie, considérée par Economic Risk Consultancy Ltd comme le pays le plus corrompu parmi les douze pays asiatiques ayant fait l'objet d'une enquête, par ce même cabinet, en 1998, en fait la douloureuse expérience.

Malgré les exhortations de la Banque mondiale, de la Banque asiatique de développement, du Fonds monétaire international et de nombreux autres observateurs et organisations qui préconisent l'adoption de réformes de grande envergure pour résoudre le problème de la corruption en Indonésie, les études consacrées à la corruption qui sévit dans les villages ne sont pas légion.

Parmi les grandes réformes amorcées récemment en Indonésie, citons la décentralisation du système bureaucratique. On suppose en effet que la population locale sera plus à même de prendre des décisions politiques et administratives correspondant à ses besoins et que cette plus grande adéquation permettra de réduire la corruption. Malheureusement, si les institutions locales concernées n'existent pas ou fonctionnent mal, cette réforme restera un vœu pieux.

Nous avons le plaisir de publier dans ce numéro un article de Mme Lowe qui montre comment les dysfonctionnements existants poussent les villageois à recourir au cyanure pour capturer les poissons de récif vivants, même lorsqu'ils répugnent à le faire. Ils y sont contraints par un système dont chaque rouage est rongé par la corruption.

Ce type de "micro-étude" se distingue de l'ensemble des travaux de recherche menés sur la corruption. En Chine, par exemple, un pays dont la corruption a fait l'objet de nombreuses publications, la plupart des informations disponibles proviennent de la presse écrite ! L'étude réalisée par Mme Lowe est un rare exemple de recherches sur le terrain visant à disséquer les rouages de la corruption.

Les récits de situations similaires dans d'autres parties de l'Indonésie et dans d'autres pays de la région nous rappellent que le phénomène observé par Mme Lowe est loin d'être unique. Ce qui est unique, en revanche, c'est l'examen minutieux réalisé par cette dernière des mécanismes de corruption dans les villages dans le secteur de la pêche de poissons de récif vivants destinés à la consommation. Son étude nous éclaire également sur la corruption qui règne de manière plus générale dans les villages. Elle révèle comment les villageois, si souvent montrés du doigt, désapprouvent parfois certaines pratiques, mais sont contraints de s'y plier. Nous espérons que cet article sera largement diffusé.

Ajoutons que l'article de Mme Lowe démontre que des anecdotes pertinentes peuvent parfois illustrer certains problèmes de gestion des ressources aussi efficacement que des statistiques.

L'article signé par Mark Erdmann sur la lutte contre les méthodes de pêche destructrices offre un point de vue intéressant, provocateur et quelque peu différent sur ce même thème. Mark travaille depuis un certain nombre d'années dans la recherche sur la pêche en milieu littoral et a notamment réalisé des recherches approfondies sur le commerce des poissons de récif vivants destinés à la consommation dans la partie orientale de l'Indonésie.

Les gestionnaires de la pêche des poissons vivants de récif de la Grande barrière de corail ne plaisantent pas

La réglementation applicable au commerce d'espèces de poissons de récif vivants de la Grande barrière de corail australienne est sans doute la plus efficace au monde. Pourtant, la pêche illicite continue d'y être pratiquée. Selon Mick Bishop, membre du service de gestion du parc marin de la Grande barrière de corail (GBRMPA), au cours du dernier exercice financier, 50 canots pratiquant la pêche à la ligne, associés à 27 bateaux-mères, ont été surpris en train de pêcher illégalement dans des "zones vertes" (zones d'interdiction de pêche). M. Bishop m'a fait savoir que la grande majorité de ces canots capturaient des poissons vivants de récif. La plupart des infractions ont été perpétrées peu de temps avant le Nouvel an chinois, période de forte croissance de la demande en saumonée sur les marchés de Hong Kong et de Chine populaire, qui absorbent la quasi totalité des exportations australiennes de poissons de récif vivants. Selon Bishop, le service de gestion du parc marin de la Grande barrière de corail est convaincu que la plupart des flagrants délits de pêche illicite déboucheront sur des procès et que "la plupart aboutiront à des condamnations". Toute personne violant l'interdiction de pêche en zone verte s'expose à une amende pouvant aller jusqu'à 220 000 dollars australiens (environ 120 000 Euros).

"L'ethnoaquaculture"

La médecine ethnovétérinaire est un élément clé des soins vétérinaires proposés à l'échelle communautaire, notamment dans les pays en développement où les médicaments et traitements médicamenteux sont indisponibles ou trop onéreux. La plus récente bibliographie (2001) sur ce thème contient 1240 références (dont plus de 261 publications pour la seule année de 1989, comme nous l'avions fait remarquer dans un précédent numéro).

Je n'ai jamais lu d'article sur l'ethnoaquaculture. N'est-il pas grand temps d'entamer des recherches dans ce domaine qui déboucheraient assurément sur l'élaboration de méthodes abordables et utiles de prévention et de traitement des maladies des poissons vivants de récif ? Le besoin est là. Si vous n'en êtes pas convaincus, je vous renvoie à l'article d'Yvonne Sadovy intitulé "La mortalité dans le commerce de poissons de récif vivants".

Les recherches permettraient sans aucun doute d'aborder d'autres aspects essentiels de l'aquaculture pratiquée en milieu rural, tel que le recours à des matériaux de construction locaux et bon marché et à du matériel d'élevage conçu localement, le comportement de certaines espèces en fonction des modèles de cage utilisés, les besoins des aquaculteurs vivant en zones rurales. Les ONG et les pouvoirs publics pourraient alors apporter une aide plus adaptée aux aquaculteurs…

Bob Johannes

Remarque ajoutée juste avant l'impression de la version anglaise de ce numéro : Le dernier numéro de Aquaculture Asia (12(1):17–20) contient le premier article d'une série consacrée aux aquaculteurs et à leur apport à la science. C'est un premier pas dans la direction que je préconise dans cet editorâle. J'espère que ces articles remporteront un grand succès.

Nous avons la tristesse de vous faire part du décès, survenu le 4 septembre 2002, de Bob Johannes, notre collègue et éditeur de ce bulletin. Le travail de Bob dans le domaine des ressources marines faisait autorité depuis plus de vingt ans. Sa disparition laisse un vide qu’il sera difficile de combler. Pour lui rendre hommage, un numéro spécial de notre bulletin Ressources marines et traditions lui sera prochainement consacré.

Vale Bob


Sommaire

La mortalité dans le commerce des poissons de récif vivants
Sadovy Y. (pdf: 34 KB)
Le napoléon : un poisson de récif menacé
Sadovy Y. (pdf: 21 KB)
A qui la faute ? La logique de responsabilité dans le commerce des poissons de récifs vivants destinés à la restauration à Sulawesi (Indonésie)
Lowe C. (pdf: 101 KB)
Point de vue : ll faut déclarer la guerre aux méthodes de pêche destructrices
Erdmann M.V. (pdf: 25 KB)
Deux commentaires sur l'article : "Le commerce de poisson vivant de la Grande barrière de corail du Queensland"
Samoilys M., Squire L. (pdf: 37 KB)
Le point sur l'élevage du mérou en Asie du Sud-Est
Pomeroy R., Agbayani R., Toledo J., Sugama K., Slamet B., Tridjoko (pdf: 75 KB)
Le point sur l'initiative régionale de la CPS concernant les poissons de récif vivants
Yeeting B. (pdf: 33 KB)
Les Îles Salomon interdisent la capture de poissons de récif vivants dans les concentrations en période de frai
Samoilys M. (pdf: 51 KB)
Programme de collecte et d'élevage de post-larves de poissons récifaux pour le marché de l'aquariologie
Dufour V. (pdf: 28 KB)
Conservation des populations de poissons cardinaux de Banggai à Sulawesi (Indonésie)
Lunn K.E., Moreau M.A. (pdf: 35 KB)
Le recours aux dispositifs de concentration du poisson (DCP) pour les poissons d'aquarium
Pet-Soede L., Lovita F., Zainudin I.M. (pdf: 22 KB)
Nouvelle base de données sur les espèces d'aquarium
Green E. (pdf: 27 KB)
Nouvelles et évènements, et publications choisies ()

Download the complete publication:

Ressources marines et commercialisation n°10 (pdf: )


Les opinions exprimées dans ce bulletin appartiennent à leurs auteurs et ne reflètent pas nécessairement
celles du Secrétariat général de la Communauté du Pacifique
 
   Accueil CPS | Copyright © SPC 2019